Isoler les murs de sa maison : comment s’y prendre ?

Isoler les murs de sa maison : comment s’y prendre ?

Après la toiture, les murs sont les lieux prioritaires d’isolation d’une maison. La déperdition de la chaleur est estimée à plus de quinze pour cent et variable selon les zones et le matériau de construction utilisé. Pour une bonne isolation, plusieurs paramètres sont pris en compte.


Il s’agit notamment de la technique d’isolation et des produits utilisés à cette fin.


L’isolant adéquat pour les murs


Le choix du matériau adéquat est destiné à éviter un tassement à travers le temps.


Ainsi doivent-ils présenter une tenue mécanique. Cette préférence est due à la structure verticale des murs contrairement au sol par exemple. Il s’agit en guise d’exemples, de la laine de verre, de la laine de roche, de la plume de canard et des textiles recyclées.

Optimiser l’espace intérieur


Selon la technique utilisée, on peut amoindrir ou non l’espace habitable. Il est ainsi préférable si vous ne voulez pas rogner sur votre surface intérieure d’effectuer une isolation par l’extérieur. C’est une technique moins fréquente en France est beaucoup plus utilisée dans les pays nordiques.


Le cas contraire (pour la technique par l’intérieur), vous pouvez toujours réduire au maximum la surface qui sera prise par les travaux.
Il faudra alors trouver un équilibre entre l’épaisseur de l’isolant permettant une isolation efficace et l’empiétement minimum sur la surface habitable.

Il s’agira alors d’avoir l’empiétement le plus faible et l’isolation la plus efficace. C’est à ce niveau qu’il faudra miser sur le choix du professionnel qui interviendra dans les travaux.


La performance thermique


L’évaluation de la performance thermique pour l’isolation des murs
Le défi est de répondre aux normes de la réglementation en vigueur. Cela est plus rigoureux pour les constructions neuves ou lors d’une rénovation où l’on devra se référer au crédit d’impôt.


Cette performance se mesure par la résistance thermique laquelle dépend de l’épaisseur et de la conductivité du produit choisi.


Des labels tels que BBC (Bâtiments Basse Consommation) ont été mis sur pied afin d’encourager l’économie d’énergie. Sur le plan écologique, l’Eco-énergie est en train de faire de grandes avancées. La prise en compte de tous ces paramètres rend l’intervention d’un professionnel indispensable.

Il a l’expérience et l’expertise nécessaire pour mener à bien les travaux d’une façon convenable et en tenant compte de la réglementation. Il pourra également choisir les matériaux adéquats en fonction des spécificités de votre maison, des particularités géographiques, climatiques, etc.

Rénovation énergétique : comment l’optimiser?

Rénovation énergétique : comment l’optimiser?

Les dépenses en énergie d’une maison peuvent compter pour beaucoup dans le budget mensuel des personnes qui l’occupent. Il est parfois nécessaire de procéder à une rénovation énergétique du domicile afin de le rendre plus performant sur ce point.


Identifier le niveau de performance


La consommation en énergie d’une maison s’évalue en se basant sur un indice qui lui est attribué. Cet indice se base sur divers paramètres, comme l’ancienneté de la maison, mais également sur les éléments comme l’isolation thermique, la consommation générale d’électricité et d’eau, etc.

On dit d’une maison qu’elle est performante sur le plan énergétique quand l’ensemble de ses ressources est utilisé à bon escient (voir le projet de Nicolas Hulot).

Par exemple, l’eau est consommée de manière raisonnable, et il en va de même pour l’électricité, avec un nombre limités d’appareils laissés en veille. L’isolation compte pour beaucoup, en cela qu’une maison mal isolée a besoin d’un chauffage plus important, ce qui demande plus d’énergie.

Le niveau d’isolation thermique de votre maison, son âge et vos consommations mensuelles d’eau et d’électricité comparé au nombre d’appareils électriques et d’occupants de la maison sont étudiés.
Plus l’indice de performance énergétique est élevé, moins il y aura de précautions à prendre.


Comment dépenser moins d’énergie?


Le but d’une rénovation énergétique est de diminuer la quantité d’énergie consommée par une maison sur une base mensuelle. Toutefois, il n’est pas toujours nécessaire de procéder à des travaux couteux sur l’ensemble de votre domicile. Dans certains cas, cela est même la moins rentable des choses à faire.


Pour limiter vos dépenses en énergie sur une base mensuelle, il vous incombe d’adopter des habitudes responsables sur le plan énergétique. Préférez prendre une douche plutôt qu’un bain, afin d’éviter de trop dépenser d’eau ; pensez à éteindre la lumière d’une pièce quand vous en sortez. Mises ensemble, ces petites actions peuvent vous permettre d’apporter une grande différence.

Des travaux de rénovation énergétique


Dans le cas où votre indice énergétique est faible, il peut être requis de procéder à des travaux sur votre maison. Ceux-ci peuvent porter sur l’isolation de votre domicile ; le procédé consiste à identifier les différentes sources d’échappement de la chaleur, et de les combler avec divers matériaux isolants.


Il y a également divers dispositifs qui vous permettent d’utiliser des énergies vertes comme le solaire, ou encore celle géothermique.
Installer des panneaux solaires sur votre toiture pour chauffer l’eau diminuera la facture de chauffage, et faire transiter des tuyaux souterrains pour chauffer l’air ambiant de votre maison peut être intéressant sur le long terme.

Vous cherchez un artisan? Voici comment faire pour  bien essuyer les plâtres…

Il arrive qu’on ait besoin des services d’un artisan pour diverses tâches, toutefois il n’est pas toujours de trouver un professionnel qui fasse bien l’affaire. Voici différents conseils que nous vous donnons dans votre choix d’un artisan.


Assurez-vous de son identité


Actuellement, à une ère où il suffit de quelques clics pour créer un site web, de nombreux arnaqueurs sillonnent les marchés, et cela dans divers domaines.


Aussi, il se peut que vous trouviez un artisan qui semble avoir un profil intéressant, mais qui au final n’est qu’un faussaire. Plutôt que de vous hâter à faire venir chez vous le premier artisan que vous trouverez sur Google, faites en sorte de vous assurer qu’il est ce qu’il prétend être.


Un artisan professionnel disposera d’éléments divers comme des certifications, qui seront l’assurance qu’il est bien un pratiquant reconnu dans son milieu.

Aussi, il est tenu de donner différentes assurances par rapport au service qu’il fournit, et ce, notamment dans le cadre d’une rénovation énergétique. S’il échoue à vous donner des informations prouvant qu’il est bel et bien un professionnel, vous feriez mieux de passer votre chemin.

Premier échange avec l’artisan


Une fois que vous vous serez assuré que c’est un pro, vous devez maintenant passer une entrevue en ligne avec celui-ci.

Etalez-lui bien les différentes que vous désirez qu’il accomplisse ; il faut qu’il soit apte à effectuer celles-ci, et doit également être familier avec ce que vous lui proposez de faire. Autrement, il risque de ne pas accomplir convenablement les tâches que vous lui assignez.


Lors de votre entrevue avec votre artisan, observez s’il essaie de vous détailler la manière exacte dont il va procéder pour faire la tâche que vous lui assigner.


S’il le fait, c’est bon signe ; ça l’est d’autant plus s’il prend la peine de vous suggérer une autre manière de procéder qui sera moins couteuse pour vous. Cela indiquera que c’est un professionnel qui se soucie de faire du bon travail et de satisfaire sa clientèle.


Faites plusieurs devis


L’une des manières de passer à côté de diverses occasions intéressantes est de ne pas faire de recherches approfondies. Cela prévaut également pour la recherche d’un artisan ; au lieu de vous arrêter à la première annonce que vous trouvez, il ne faut pas hésiter à visiter différents professionnels et faire plusieurs devis.


En faisant cela, vous remarquerez des différences par rapport à la tarification des services, et vous pourrez identifier qui offre les services les plus intéressants pour le prix le plus bas.


Afin de vous aider à trouver plus rapidement, choisir l’option que sont les plateformes spécialisées est plus qu’intéressante. En effet, ils se chargent de s’assurer de la véritable identité des artisans tout en vous permettant de comparer directement les devis.

Infos-clés pour que votre crédit immobilier ne soit pas un handicap

Infos-clés pour que votre crédit immobilier ne soit pas un handicap

Le crédit immobilier est une alternative intéressante pour les personnes qui désirent devenir propriétaires de leur propre logement. Afin de bien tirer avantage de cette opération, il y a quelques petites choses que vous devez connaitre.


Constituer un bon dossier de demande de crédit


Lorsque vous approchez une société de prêt immobilier, il vous sera demandé de constituer un dossier. Le but de celui-ci est de donner des informations relatives à votre capacité à rembourser le prêt dans le futur. Ainsi, vous devez y mentionner des informations comme votre activité professionnelle, votre ancienneté à votre emploi, etc.


Les personnes mariées dont le conjoint dispose également d’un revenu ont le plus de chances de contracter un crédit immobilier à un taux intéressant. En effet, un couple génère plus d’argent qu’une personne seule, et il n’y aura donc pas de problème avec les remboursements.

L’absence de découvert de votre compte en banque au cours de l’année précédant le prêt peut également grandement jouer en votre faveur.
Un apport financier de votre part sera un indicateur que vous êtes une personne capable de faire des efforts d’épargne.

Toutes ces conditions réunies vous aideront à avoir le meilleur taux d’emprunt qui soit. Pour être plus efficaces, n’hésitez pas à approcher un courtier immobilier pour vous assister dans la constitution de votre dossier.


Comparer les offres


Actuellement, les taux de crédit sont à un niveau historiquement bas. C’est entre autres devenu possible grâce à différentes mesures prises par le gouvernement, mais également à une compétition accrue entre les établissements de crédit. Il ne faut pas faire l’erreur de s’arrêter à la première offre que vous trouvez. En effet, si vous cherchez plusieurs offres de crédit immobilier, vous avez de grandes chances de trouver des taux très intéressants.


Si vous souhaitez avoir accès à un large panel d’offres, vous pouvez entrer en contact avec un courtier immobilier. Celui-ci a généralement pour rôle de servir d’intermédiaire entre un particulier et différents établissements qui proposent des crédits immobiliers.


Cela peut grandement vous faciliter la vie, car le plus gros du travail sera effectué par ce dernier.


Egalement, si vous avez de la chance, vous pourrez trouver un courtier immobilier qui propose ses services de manière gratuite.

Vérifier la « transférabilité » du crédit


L’option de transférabilité de votre crédit immobilier doit être vérifiée, en cela que vous risquez d’avoir grandement besoin de la possibilité de transférer celui-ci dans l’avenir.

Vos besoins en termes de bien immobilier sont susceptibles de changer, et il se peut que vous partiez à la recherche d’une maison plus large ou plus confortable dans les années futures.


Sans la transférabilité du crédit immobilier, vous serez contraints de procéder à différentes étapes, dont la résiliation de votre crédit du moment, et la contraction d’un tout nouveau crédit.

L’ensemble de ces deux opérations peut revenir assez cher. Ce n’est pas nécessaire d’y procéder si votre crédit est transférable, et il vous suffira de vous charger de quelques frais d’opération.

La loi Pinel en quelques chiffres

Faisant suite à la loi Duflot II, le dispositif Pinel a été lancé en 2014 afin d’encourager l’investissement dans l’immobilier locatif. Fort de son succès, il a été renouvelé jusqu’en 2021. Pour mieux comprendre en quoi consiste cette loi, nous vous la résumons en quelques chiffres clés. 


Une réduction d’impôt


En investissant dans l’immobilier locatif, vous pouvez profiter de la défiscalisation immobilière Pinel. Celle-ci prend la forme d’une réduction d’impôt dont le montant correspond à :

  • 12 % du montant du bien pour un engagement de 6 ans
  • 18 % du montant du bien pour un engagement de 9 ans
    Vous avez la possibilité de prolonger cet engagement lorsqu’il arrive à sa fin pour une durée de :
  • 2 fois 3 ans suite à un engagement de départ de de 6 ans : les premiers 3 ans avec une réduction de 6 % (total = 18 % sur 9 ans), les seconds 3 ans avec une réduction de 3 % (total = 21 % sur 12 ans)
    1 fois 3 ans suite à un engagement de départ de 9 ans : 3 % soit un total de 21 % sur 12 ans

Les conditions pour profiter de ce dispositif


Pour bénéficier de la loi Pinel le bien immobilier en question doit être soit :
– Logement acquis neuf (moins de 2ans)

  • Logement en l’état futur d’achèvement
    – Logement que vous faites construire
    – Logement ancien faisant l’objet de travaux pour être transformé en – logement neuf
    – Logement ne satisfaisant pas aux caractéristiques de décence et faisant l’objet de travaux de réhabilitation
    – Local affecté à un usage autre que l’habitation et faisant l’objet de travaux de transformation en logement.


Vous avez le droit à 2 logements maximum par an sur lesquels s’applique ce dispositif. Le montant est limité à un ou deux biens immobiliers d’une valeur totale de 300 000 euros par personne par an ou de 5 500 euros par m² de surface habitable.


Le locataire doit avoir un revenu fiscal qui ne dépasse pas un certain montant qui évolue selon la zone où se situe le logement et selon le nombre de personnes habitant le logement.

Ce montant oscille de 27 234 euros par an pour une personne seule en zone B2 à 116 268 euros pour une personne seule ou un couple ayant 4 personnes à charge en zone A bis avec une majoration de 12 954 euros par personne à charge supplémentaire.


Le bien doit être loué dans l’année qui suit l’achat ou l’achèvement du bien, et pour un loyer mensuel ne dépassant pas : 8,75 euros en zone B2, 10,07 euros en zone B1, 12,5 euros en zone A et 16,83 euros en zone A bis.

Séparation et Avocat : mini-guide de survie

Séparation et Avocat : mini-guide de survie

Les mariages ne finissent pas toujours heureux, et il arrive que ceux-ci se concluent par des divorces. Cela peut être une période difficile, aussi nous nous proposons de vous donner quelques conseils pour gérer celle-ci au mieux.


Se protéger financièrement


Une séparation ne se fait pas toujours en bons termes, et il se peut que votre conjoint décide de tirer avantage de votre séparation, notamment sur le plan financier. En effet, être un couple marié signifie avoir de nombreux avoirs en commun. Aussi, il n’est pas rare que certaines personnes partent avec tout l’argent du couple, et en laissant l’autre avec rien.


Discutez-en le plus tôt possible, afin d’identifier ce que l’autre veut, et faites en sorte de régler la question des biens en commun en priorité. Si vous partagez un compte joint, il faut garder à l’esprit que celui-ci sera bientôt fermé, aussi vous devez vous partager leur contenu.


Si vous êtes la partie qui quitte le domicile, et que vous êtes encore lié à celui-ci par différentes dépenses dont les assurances, faites en sorte de les résilier.


Si votre conjoint a accès à vos comptes personnels, demandez-lui de vous rendre les cartes de crédit correspondantes, et changez vos différents accès.


La question des enfants


Il n’est jamais aisé d’entamer la discussion de la séparation avec les enfants, mais il faudra pourtant y procéder. Lorsque vous lui en parlez, assurez-vous d’expliquer à votre enfant que vous l’aimerez toujours, même si vous n’aimez plus son autre parent. Rassurez-le également dans la mesure où il est susceptible de penser que c’est en partie sa faute.


Concernant les procédures de divorce, il est important de garder votre enfant à distance autant que possible. Quant à la garde, il faut procéder soigneusement ; pour le bien de l’enfant, s’il a moins de 6 ans, il ne devrait rester que chez l’un des parents, pour le bien de son développement à cet âge. A contrario, la résidence alternée est conseillée s’il est au-dessus de cette tranche d’âge.

Le divorce : et après ?


Après le divorce, vous redevenez soit une personne à nouveau célibataire, soit une famille à parent unique. Si aller de l’avant est bien plus simple pour la première catégorie, il peut être difficile pour les parents seuls de gérer leur nouvelle vie.


Dans le cas d’une résidence alternée, faites en sorte de bien en discuter avec l’autre parent, afin que chacun de vous puisse s’organiser en fonction de ce qui sera décidé.


Aussi, vous vous retrouverez seuls après avoir passé un certain temps accompagnés d’un autre. Pour éviter de sombrer dans la négativité, il ne faut pas hésiter à vous faire plaisir, et faire des sorties avec vos proches, car un divorce ne doit pas être vu comme la fin de votre vie, mais plutôt comme un nouveau départ.

Consulter un avocat gratuitement, c’est possible!

Il y a plusieurs cas de figure dans lesquels il peut être requis de faire appel à un avocat, pourtant cela n’est pas toujours à la portée du premier venu. Heureusement, de nombreuses alternatives vous permettent d’accéder de manière gratuite aux services d’un avocat.


Les organisations d’aide à l’accès au droit


Vivre dans un état de droit signifie que les différents citoyens de ce pays disposent de droits différents pouvant s’appliquer dans une large variété de contexte dont le divorce. Le souci est que ces droits ne sont pas toujours bien connus du grand public, si bien qu’il devient facile pour différentes sociétés de prendre injustement avantage de bien de gens.


C’est contre ce genre de cas de figure que luttent les organisations d’aide à l’accès au droit. Ils contribuent à vulgariser le droit autant que possible, et propose aux particuliers d’en apprendre plus sur les avantages qui sont les leurs. Aussi, ils peuvent fournir une assistance juridique aux personnes qui pourraient en avoir besoin.


Pour bénéficier d’un tel avantage, il vous suffit de souscrire à une de ces organisations. Non seulement vous pourrez recevoir gratuitement les services d’un avocat, mais également, vous aurez de plus amples connaissances relatives au droit, ce qui vous permettra de prendre les meilleures décisions par rapport à votre cas particulier.

Les associations de consommateurs


Nous vivons dans une société de consommation, en cela que le fait d’acheter différents produits et services permet à la société de fonctionner plus ou moins convenablement. En tant que consommateurs, chacun de nous possède des droits divers que les grandes sociétés de distribution se doivent de respecter. Il vous sera toutefois difficile de faire valoir ces droits si vous n’en êtes même pas au courant.


Approcher une association de consommateurs vous permettra d’en savoir un peu plus sur vos droits en tant que consommateur, et vous bénéficiez aussi des services gratuits d’un avocat au besoin. Contacter une telle organisation est conseillé dans la mesure où votre litige légal inclut une grande société de distribution. En effet, l’avocat qui vous sera proposé gratuitement sera un habitué de ces cas de figure.


Un avocat gratuit via votre assurance


Dépendamment de votre type d’assurance, vous pourrez y avoir recours afin de pouvoir solliciter les services d’un avocat sans en prendre les frais en charge. Il faut cependant faire attention, car L’implication de votre mutuelle dans les dépenses relatives à l’avocat peuvent largement évoluer selon les termes initiaux.


Dans le meilleur des cas, l’intégralité des frais est prise en charge par votre assurance ; dans le pire des cas, vous bénéficiez uniquement d’une assistance juridique et de conseils.


Lorsque vous êtes dans un litige légal avec un tiers, si vous souhaitez que votre assurance se charge des frais, entrez d’abord en contact avec ceux-ci avant d’entamer quoi que ce soit de votre côté.

Le risque est que votre assurance refuse de payer si vous avez déjà initié des paiements pour des expertises juridiques ou autres. Une fois que votre assurance a confirmé qu’elle prendrait les frais en charge, il vous incombe de vous trouver un avocat, et ils se chargeront de le rémunérer.

Burn Out et Sommeil : Stop au massacre!

Burn Out et Sommeil : Stop au massacre!

Dans le milieu du travail, quand un employé donne trop de lui-même, cela finit par avoir des conséquences sur sa santé. Aussi, le burn-out touche de plus en plus de professionnels, pourtant il est faisable d’en faire convenablement la prévention.


L’essentiel à savoir sur le burn-out

Le burn-out peut être défini comme un état de fatigue intense, autant sur le plan physique que psychologique, et il survient généralement après une importante période de stress.

Si on le retrouvait le plus souvent dans les milieux professionnels hautement stressants comme celui du trading, il est devenu trop commun dans de plus en plus de secteurs différents.
Celui-ci s’exprime de manières diverses, et commence presque toujours par d’importants changements d’humeur.

L’un des signes avant-coureur est également une baisse notable de productivité, en dépit de nombreux efforts fournis par le travailleur. Moins il est productif, plus il se met la pression pour l’être, ce qui l’entraine dans un cercle vicieux.

À force, cela peut conduire jusqu’à une fatigue chronique ou encore de la dépression. Un fort affaiblissement du système immunitaire peut également avoir lieu, ce qui place la personne concernée dans un état de santé plus que précaire. En effet, elle devient vulnérable face à la plus docile des maladies.

De nombreux efforts ont été faits au cours des décennies précédentes par rapport aux droits des travailleurs. Toutefois, actuellement, on ne peut que constater une dégradation des conditions de travail de ceux-ci. Il devient de plus en plus difficile de trouver un emploi décent, et la pression à laquelle on est soumis dans ceux qu’on trouve est parfois invivable.

Plusieurs éléments au travail peuvent être des éléments importants de stress, dont la crainte de perdre l’emploi si on n’est pas assez productif, ou bien simplement une trop grande quête de l’excellence. C’est d’autant plus le cas quand le travail devient plus une obligation qu’autre chose, et quand on tire de moins en moins de plaisir à travailler.

Comment prévenir le burn-out?

L’une des règles essentielles à suivre pour éviter le burn-out est simplement de connaitre vos propres limites. Lorsque vous sentez que vous vous en approchez, pensez à prendre une pause.

Le mieux est encore d’éviter de travailler trop d’heures à la suite sans prendre le temps de se reposer.

Plusieurs techniques de productivité indiquent qu’il est nécessaire de prendre quelques minutes de pause une fois toutes les heures. En faisant cela, nous nous détachons temporairement de notre travail pour pouvoir mieux nous y replonger plus tard.

Outre le repos, la gestion du stress déjà existant permet aussi de limiter les cas de burn-out. Si vous avez un emploi stressant, pensez à passer vos weekends à vous détendre en faisant des activités plaisantes.

Pratiquez également du sport, comme le jogging, ainsi que la méditation, qui est un excellent moyen de gérer le stress.

Apnée du sommeil : ce qu’il faut savoir pour éviter le pire

On connait l’apnée du sommeil comme le trouble de la respiration qui survient pendant le sommeil chez certaines personnes. Ce qu’on sait probablement moins, ce sont les impacts néfastes de ce trouble sur la santé.

Que se passe-t-il pendant l’apnée du sommeil ?

Il y a deux types d’apnée du sommeil : celle dite obstructive et celle dite centrale. Le premier type est caractérisé par un relâchement trop important des muscles de la langue et du cou, qui viennent gêner la bonne circulation de l’air. On retrouve souvent ce type d’apnée du sommeil chez les personnes âgées, ou encore les personnes en surpoids.

L’apnée du sommeil centrale est quant à elle caractérisée par un dysfonctionnement du cerveau qui indique au système respiratoire de s’arrêter de manière impromptue. On retrouve souvent des cas qui se situent entre les deux types d’apnée.

La sévérité des cas peut varier, et si cela peut ne se produire que quelques fois au total pendant l’ensemble de la nuit, il est mention de cas avec plus de 30 fois par heure.

Conséquences de l’apnée du sommeil

Lorsqu’une personne est atteinte de ce trouble spécifique, elle ne respire pas convenablement pendant le sommeil. Egalement, celui-ci est troublé en raison des apnées successives, si bien que la personne ne dort pas convenablement. Il peut ainsi en résulter un état de fatigue au moment de se lever.

Le concerné peut faire face à des états de somnolences dans la journée, car ce trouble respiratoire ne lui a pas permis de bien dormir. À cause du manque d’oxygène causé par les apnées, on peut également avoir des maux de têtes plus ou moins importants.

Le plus grand danger des apnées du sommeil réside dans son lien indirect avec une augmentation des risques d’insuffisance cardiaque. En effet, comme votre cœur est privé d’oxygène de manière répétitive, à la longue, cela peut aller jusqu’à des maladies cardiovasculaires.

Lutter contre l’apnée du sommeil

Ce trouble respiratoire n’est pas une fatalité, et on peut très bien vivre avec. Dans l’immédiat, vous pouvez faire l’acquisition de l’appareil permettant de réguler votre respiration pendant le sommeil. Celui-ci se compose d’un masque relié à un terminal qui envoie une pression positive en continu, et qui vient empêcher tout blocage des voies respiratoires.

Outre cet appareil, il est également possible de vivre tout en prévenant cette maladie. Conserver un poids raisonnable est une des manières de procéder ; en effet, la prévalence des personnes en surpoids face à l’apnée du sommeil est bien plus élevée que la moyenne.

Aussi, il faut éviter de se priver de sommeil, et essayer de dormir sur le côté, car cette position diminue les chances qu’une apnée du sommeil se produise.