Séparation et Avocat : mini-guide de survie

Séparation et Avocat : mini-guide de survie

Les mariages ne finissent pas toujours heureux, et il arrive que ceux-ci se concluent par des divorces. Cela peut être une période difficile, aussi nous nous proposons de vous donner quelques conseils pour gérer celle-ci au mieux.


Se protéger financièrement


Une séparation ne se fait pas toujours en bons termes, et il se peut que votre conjoint décide de tirer avantage de votre séparation, notamment sur le plan financier. En effet, être un couple marié signifie avoir de nombreux avoirs en commun. Aussi, il n’est pas rare que certaines personnes partent avec tout l’argent du couple, et en laissant l’autre avec rien.


Discutez-en le plus tôt possible, afin d’identifier ce que l’autre veut, et faites en sorte de régler la question des biens en commun en priorité. Si vous partagez un compte joint, il faut garder à l’esprit que celui-ci sera bientôt fermé, aussi vous devez vous partager leur contenu.


Si vous êtes la partie qui quitte le domicile, et que vous êtes encore lié à celui-ci par différentes dépenses dont les assurances, faites en sorte de les résilier.


Si votre conjoint a accès à vos comptes personnels, demandez-lui de vous rendre les cartes de crédit correspondantes, et changez vos différents accès.


La question des enfants


Il n’est jamais aisé d’entamer la discussion de la séparation avec les enfants, mais il faudra pourtant y procéder. Lorsque vous lui en parlez, assurez-vous d’expliquer à votre enfant que vous l’aimerez toujours, même si vous n’aimez plus son autre parent. Rassurez-le également dans la mesure où il est susceptible de penser que c’est en partie sa faute.


Concernant les procédures de divorce, il est important de garder votre enfant à distance autant que possible. Quant à la garde, il faut procéder soigneusement ; pour le bien de l’enfant, s’il a moins de 6 ans, il ne devrait rester que chez l’un des parents, pour le bien de son développement à cet âge. A contrario, la résidence alternée est conseillée s’il est au-dessus de cette tranche d’âge.

Le divorce : et après ?


Après le divorce, vous redevenez soit une personne à nouveau célibataire, soit une famille à parent unique. Si aller de l’avant est bien plus simple pour la première catégorie, il peut être difficile pour les parents seuls de gérer leur nouvelle vie.


Dans le cas d’une résidence alternée, faites en sorte de bien en discuter avec l’autre parent, afin que chacun de vous puisse s’organiser en fonction de ce qui sera décidé.


Aussi, vous vous retrouverez seuls après avoir passé un certain temps accompagnés d’un autre. Pour éviter de sombrer dans la négativité, il ne faut pas hésiter à vous faire plaisir, et faire des sorties avec vos proches, car un divorce ne doit pas être vu comme la fin de votre vie, mais plutôt comme un nouveau départ.

Consulter un avocat gratuitement, c’est possible!

Il y a plusieurs cas de figure dans lesquels il peut être requis de faire appel à un avocat, pourtant cela n’est pas toujours à la portée du premier venu. Heureusement, de nombreuses alternatives vous permettent d’accéder de manière gratuite aux services d’un avocat.


Les organisations d’aide à l’accès au droit


Vivre dans un état de droit signifie que les différents citoyens de ce pays disposent de droits différents pouvant s’appliquer dans une large variété de contexte dont le divorce. Le souci est que ces droits ne sont pas toujours bien connus du grand public, si bien qu’il devient facile pour différentes sociétés de prendre injustement avantage de bien de gens.


C’est contre ce genre de cas de figure que luttent les organisations d’aide à l’accès au droit. Ils contribuent à vulgariser le droit autant que possible, et propose aux particuliers d’en apprendre plus sur les avantages qui sont les leurs. Aussi, ils peuvent fournir une assistance juridique aux personnes qui pourraient en avoir besoin.


Pour bénéficier d’un tel avantage, il vous suffit de souscrire à une de ces organisations. Non seulement vous pourrez recevoir gratuitement les services d’un avocat, mais également, vous aurez de plus amples connaissances relatives au droit, ce qui vous permettra de prendre les meilleures décisions par rapport à votre cas particulier.

Les associations de consommateurs


Nous vivons dans une société de consommation, en cela que le fait d’acheter différents produits et services permet à la société de fonctionner plus ou moins convenablement. En tant que consommateurs, chacun de nous possède des droits divers que les grandes sociétés de distribution se doivent de respecter. Il vous sera toutefois difficile de faire valoir ces droits si vous n’en êtes même pas au courant.


Approcher une association de consommateurs vous permettra d’en savoir un peu plus sur vos droits en tant que consommateur, et vous bénéficiez aussi des services gratuits d’un avocat au besoin. Contacter une telle organisation est conseillé dans la mesure où votre litige légal inclut une grande société de distribution. En effet, l’avocat qui vous sera proposé gratuitement sera un habitué de ces cas de figure.


Un avocat gratuit via votre assurance


Dépendamment de votre type d’assurance, vous pourrez y avoir recours afin de pouvoir solliciter les services d’un avocat sans en prendre les frais en charge. Il faut cependant faire attention, car L’implication de votre mutuelle dans les dépenses relatives à l’avocat peuvent largement évoluer selon les termes initiaux.


Dans le meilleur des cas, l’intégralité des frais est prise en charge par votre assurance ; dans le pire des cas, vous bénéficiez uniquement d’une assistance juridique et de conseils.


Lorsque vous êtes dans un litige légal avec un tiers, si vous souhaitez que votre assurance se charge des frais, entrez d’abord en contact avec ceux-ci avant d’entamer quoi que ce soit de votre côté.

Le risque est que votre assurance refuse de payer si vous avez déjà initié des paiements pour des expertises juridiques ou autres. Une fois que votre assurance a confirmé qu’elle prendrait les frais en charge, il vous incombe de vous trouver un avocat, et ils se chargeront de le rémunérer.