Le tourisme spatial réservé à une élite ?

Vous hésitez entre le sud de la France ou la Bretagne pour vos prochaines vacances ? Et si vous envisagiez l’espace ? Nombreux sont celles et ceux qui aimeraient pouvoir effectuer un voyage, même bref, dans l’espace.


Observer notre planète depuis l’espace est le privilège des astronautes, spationautes et autres cosmonautes. Le tourisme spatial concerne pour le moment moins d’une dizaine de personnes fortunées qui ont pu accompagner ces travailleurs de l’espace lors d’un trajet ou d’un court séjour dans la station spatiale internationale.


Mais il pourrait bien prendre un nouveau virage dans la décennie qui arrive.

Un secteur qui passionne les milliardaires


Qu’ont en commun Jeff Bezos le patron d’Amazon, le milliardaire britannique Richard Branson, Elon Musk le dirigeant de Tesla et l’oligarque russe Iskander Makhmudov ? Ce sont tous des milliardaires qui se sont lancés dans le tourisme spatial.


Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, a fondé Blue Origin qui compte proposer des voyages spatiaux d’ici 1 à 3 ans. 


Iskander Makhmudov dirige le groupe UMMC contenant 40 entreprises dont Transmashholding présidée par cet homme et CosmoCourse qui est la structure spécialisée dans le tourisme spatial. L’objectif est d’envoyer des hommes dans l’espace en 2025.


Elon Musk, celui qui est souvent comparé au super héros Iron Man, a quant à lui fondé SpaceX qui compte également développer le tourisme spatial avec notamment un voyage autour de la Lune en 2023.


Enfin, Richard Branson, le fondateur de Virgin, s’appuie sur sa société Virgin Galactic pour proposer des voyages spatiaux dès 2020.


Un tourisme très onéreux


Voyager dans l’espace comme on prend l’avion actuellement est de l’ordre du très long terme. En effet, les trajets dans l’espace génèrent des dépenses énormes. Pour les amortir, les agences sont obligées de vendre les billets à un prix très élevé.

Et encore, les premiers voyages ne seront pas rentables.
Ainsi, le prix d’un billet varie de 200000 à 300000 dollars selon les 4 agences que nous avons évoquées précédemment. À ce prix, le voyageur profite d’un trajet de 12 à 15 minutes avec une durée d’apesanteur de seulement 5 minutes.


Et même si le vol regroupe 10 passagers, il n’est pas rentable. Ces entreprises sont donc prêtes à perdre de l’argent, du moins dans un premier temps.


En parallèle ces sociétés participent également à d’autres projets et notamment pour accompagner la Nasa ou son homologue russe Roscosmos. L’objectif est d’améliorer les technologies pour voyager dans l’espace et de réduire les coûts. 


Lorsque les dépenses et les voyages spatiaux seront mieux maîtrisés, on assistera à une réduction du prix des billets, mais pour le moment, le tourisme spatial est réservé aux personnes fortunées pouvant dépenser plusieurs centaines de milliers d’euros, voire plus.