Les conséquences du Covid-19 sur l’immobilier

Frappée de plein fouet par cette crise sanitaire engendrée par le Covid-19, la France assiste sans force à une paralysie de son activité économique. Beaucoup de mesures ont été prises, partant des interdictions de rassemblements jusqu’au confinement.

Entre stress et panique résultants des dispositions sanitaires, de nombreuses conséquences s’abattent sur de nombreux domaines d’activités.

L’immobilier, un secteur clé de l’économie n’en demeure pas moins atteint. Il serait judicieux d’en apprendre davantage sur les impacts et les décisions allant vers une protection de ce secteur.

Les procédures affectées

Qu’importe la tournure que prendra les événements, de nombreux impacts négatifs se font déjà souligner. La plupart des experts parlent d’une annulation allant jusqu’à 10% des visites.

A cause de cette épidémie, la grande partie des acquéreurs ne peut plus se déplacer pour une visite sur place. Ils font recours alors à des visites en réalité virtuelle.

Néanmoins, certaines agences permettent aux vendeurs de continuer leur activité de la manière la plus efficace que possible.

Il faudra accepter cependant que les périodes de vente se voient influencées à cause de cette épidémie. Avec le Covid-19 les délais corrigés sont en grand nombre. Qu’il s’agisse du crédit ou du permis de construire, le fonctionnement au ralenti des établissements est devenu inévitable.

Des mesures prises par le gouvernement dans le secteur

Face à cette panique générale, les les décisions du gouvernement ne ce sont pas faites attendre. De nombreuses ont été prises et continuent d’être revues.

L’immobilier se voit affecté par de nombreuses suspensions d’activités. On soulignera notamment l’ordonnance publiée le 25 Mars 2020 qui rendait officielle l’adaptation des procédures à cette situation de façon exceptionnelle.

Cela impliquait donc une suspension ou une prolongation des procédures déjà entamées à des dates indéterminées.

A la suite de la publication de cette ordonnance, de nombreuses institutions se sont retrouvées dans une grande incertitude.

En effet, un de ses grands impacts sera caractérisé par le décalage de charge de travail concernant les entreprises du bâtiment. Les travaux de ces dernières ne pourront démarrer concrètement qu’en 2021.

De plus, une nouvelle ordonnance publiée le 15 avril 2020 est venue compléter la précédente. Elle notifie une suppression de la période tampon de 1 mois par le Ministère de la Cohésion des territoires.

Il s’agirait d’une décision permettant de limiter les risques de voir le secteur de la construction paralysé. C’était donc la stratégie adéquate pour endiguer tout ce qui pourrait représenter un frein à la relance de l’économie.